• Tristesse (mon poème)

    Tristesse (mon poème)

     

    Florence Marquise - 25 mai 2006

     

    Aucune crainte et aucun sanglot

    Ne peut atteindre désormais nos chers défunts

    Ils évoluent dans un royaume de lumière

    Et caressent les ailes des anges

    Au loin, ils entendent nos pleurs et nos pensées amères.

     

    Ils sont venus conquérir ce paradis tant convoité,

    S'y asseoir pour l'éternité

    Il n'y aura plus leurs reflets

    Dans les miroirs trop ternes, désormais

    Et la lune orpheline illuminera leurs corps partis

    Ces âmes en peine s'élèveront les nuits...

     

    Libres !

    Mais nous laissant tristes sans eux.

     

    Nos chers disparus, amis ou parents,

    Ils nous manquent cruellement

    Ils nous contemplent de là-haut

    Et nous sourient fidèlement.

    Alors ne soyons pas tristes ni moroses

    Car ils veillent sur nos âmes, finalement.

     

    Libres !